Oeuvres d’Art

Artiste : Jacques Baril

Jacques Baril est sculpteur en Abitibi-Ouest. Il vit de son travail en art visuel depuis de nombreuses années. Le métal corrodé et la neige sont ses matériaux de prédilection, et à l’occasion, il utilise l’aluminium en remplacement de la neige éternelle. Il est récipiendaire de plusieurs prix pour son travail artistique et a réalisé de nombreuses œuvres d’art publiques.

Le Grand Déménagement, 2011, sculpture en aluminium, aluminium anodisé, base en ciment, pierre, 60’’x60’’x96’’ ou 152 cm. X 152 cm x 244 cm.
Une œuvre érigée comme une stèle qui raconte l’histoire d’un grand déménagement. Deux cylindres imbriqués l’un dans l’autre sont là, témoins de cette histoire. L’un illustre la disparition d’un monde et l’autre, la naissance d’un nouveau monde, les deux étant issus du même lieu mais déplacés dans l’espace et le temps. La signature de ces mondes s’inscrit dans la transparence des formes et dans l’influence des unes sur les autres.

Artiste : Diane Auger

Diane Auger, originaire de Barraute, vit à Rouyn-Noranda. Diplômée en arts visuels, elle a présenté plusieurs expositions individuelles et ses œuvres font partie de nombreuses collections. Très inspirée par la nature qui l’entoure, elle s’intéresse aux croyances et mythologies associées aux esprits de la nature, aux animaux-totems et au symbolisme des quatre éléments.

Joyau d’une valeur inestimable, 2011, sculpture en haut-relief, bronze, base en béton, 8’x3’x1’ ou 244 cm x 91 cm x 30 cm
Réalisée par modelage de pâte à papier sur structure de bois, puis reproduite en bronze, l’oeuvre s’inspire de la forme du totem et représente la famille comme lieu de joie et d’amour. Les personnages évoquent les relations intergénérationnelles et leur portée symbolique : l’enfant sur les épaules du père symbolise le jeu; la mère lisant une histoire exprime la transmission des valeurs. Les animaux ont été choisis pour leur symbolique : l’outarde représente l’accueil; les chiens et les chats sont les amis fidèles; la vache, la terre nourricière. Enfin, la guitare symbolise la musique, très souvent présente lors des rassemblements.

Artiste : Jim Couture

Né en 1949 en Abitibi, Jim Couture a à son actif de nombreuses intégrations et œuvres monumentales au Québec, dont plusieurs en région. La sculpture sur pierre fut sa première passion. Puis, ce fut la découverte de la joaillerie, des pierres et métaux précieux et de la fonderie d’art. Son atelier situé à La Morandière est doté d’une fonderie d’art et tient aussi lieu de galerie.

La batée, 2011, sculpture, aluminium, laiton, bronze, pierre de mine sur base de béton, 213 cm (7 pi) de diamètre
Je suis «La batée», outil rudimentaire en forme d’écuelle du chercheur d’or depuis l’Antiquité. Sur mon pourtour, quelques scènes symbolisent le passé, un hommage aux hommes et aux femmes du monde minier. En mon centre, un miroir de laiton, comme un grand lac d’or dont l’écrin serait composé de kilomètres de chemins, reflétera votre image, puis avec le temps, l’image de toute une société. Dans ma moitié supérieure, une scène stylisée représente une vue de la région de demain, l’ampleur des capacités humaines et techniques ainsi que la richesse de nos ressources.

Artistes : Cyclopes : Christian Leduc et Patrick Bernèche

Patrick Bernèche est originaire d’Angliers. Il est photographe et détient un D.E.C. en photographie. Ses photographies invitent à découvrir un univers intemporel composé d’objets ou de paysages revisités.

Christian Leduc vit à Rouyn-Noranda. Depuis 2002, ses œuvres ont été exposées aussi bien en Abitibi-Témiscamingue qu’au Canada et à l’étranger. Outre la photographie, il touche à la vidéo, au théâtre et à la poésie.

Institutions, 2011, aluminium et métalphoto, 4’3’’x 7’8’’ ou 127 cm x 229 cm
25 panneaux d’aluminium disposés sur différents axes de profondeur évoquent des boîtes de déménagement et rappellent les institutions qui se trouvaient sur l’emplacement de la fosse de la Corporation minière Osisko. La démolition des anciennes institutions disposées en pétales de fleur autour de pépites d’or est représentée par le vent qui souffle l’or vers l’avenir, soit les nouvelles institutions. Elles créent une forme originale telle une construction futuriste. Dans le ciel, l’or est mêlé au logo schématisé de la Ville. Le bas de l’image présente la roche sur laquelle les citoyens sont ancrés.

Artiste : Danielle Boutin Turgeon

Originaire de Val-d’Or, Danielle Boutin Turgeon réside à Malartic. Formée en arts visuels à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, membre de l’Atelier Les Mille Feuilles, elle opère un atelier de création à Malartic. Elle a fait de la mémoire véhiculée par le patrimoine architectural le cœur de son travail. La réalisation de cette œuvre a été rendue possible grâce à la Ville de Malartic, à la Corporation minière Osisko et à la bourse de création du Fonds dédié aux arts et aux lettres de l’Abitibi-Témiscamingue.

Forêt d’An-Temps, 2011, 16 poteaux de bois, aluminium, environ 10 m (32 pi) de hauteur
Telle une forêt artistique représentant le grand déménagement, l’œuvre est un lieu de souvenir des maisons déplacées en 2008 et 2009 pour laisser la place à la Corporation minière Osisko. Seize poteaux d’électricité en bois récupérés symbolisent 16 noms de rues ou d’avenues disparues ou tronquées. Chaque poteau présente l’ancienne plaque d’identification de rue, un bas-relief en aluminium des maisons disparues ou déplacées et les plaques des anciens numéros civiques.

Artiste : Carole Wagner

Carole Wagner a vécu à Rouyn-Noranda et réside à Montréal. Elle est diplômée en arts plastiques et en enseignement des arts plastiques. Elle a présenté ses œuvres dans des expositions collectives ou solo, tant en région qu’à l’extérieur. Elle a réalisé plusieurs œuvres publiques dans le cadre de la Politique d’intégration des arts à l’architecture.

Expansion, 2011, aluminium, aluminium anodisé, matériau composite, base en béton, 6,2 m (20 pi 6 po) de hauteur,  6,4 m (21 pi) de diamètre (partie supérieure)
L’œuvre symbolise le développement et le dynamisme de la Ville de Malartic. Les trois arbres stylisés aux feuilles d’or représentent la famille et la collectivité. Ils symbolisent également l’alliance de la richesse et de la croissance. Les roues évoquent le monde minier mais aussi le mouvement d’une ville en pleine renaissance. Les deux cercles figurent des rails et le « O » du nom de la Corporation minière Osisko. Les arcs de cercle projettent l’image d’un développement continu dans le temps. La base et le centre suggèrent l’histoire géologique millénaire sur laquelle repose la ville et son avenir.